Les Zazas

CONCOURS OPRL / LE FOLKLORE DE POULENC

Ces samedi 14 et dimanche 15 décembre, la Salle Philharmonique de Liège accueillera le festival consacré à Francis Poulenc, « Poulenc l’intégrale », à l’occasion des 50 ans de la mort du compositeur.

Une présentation s’impose.

Lorsque l’on évoque le caractère prétendument surréaliste de la Belgique, il est souvent difficile pour les profanes de définir et surtout d’illustrer ce mouvement que l’on associe (trop) souvent à l’art et à la culture de notre plat pays. Il semblerait que René Magritte soit le chef de fil du courant, il en est du moins l’illustre représentant aux yeux d’une grande partie du public. Ce dernier associe alors ce surréalisme belge à la peinture en particulier, aux arts plastiques en général.

Mais ce qui fait de notre Belgique cette référence en la matière ne réside évidemment pas uniquement dans le travail de Magritte et de ses homologues. Loin de là. Il y a certes le travail des écrivains, avec des représentants comme Fernand Dumont ou encore Paul Nougé, mais il y a également la musique.

Une musique surréaliste belge dont Francis Poulenc semble être l’un des plus dignes représentants.

Tout commence par un concert de musique d’avant-garde donné au Théâtre du Vieux-Colombier le 11 décembre 1917. Le succès de sa « Rapsodie Nègre », qui témoigne déjà de son audacieux goût pour l’exotisme, lui offre l’attention du compositeur Igor Stravinsky mais lui fermeront les portes du Conservatoire du Paris. Poulenc rapportera d’ailleurs la réaction de Paul Vidal, enseignant au sein de l’établissement, à qui il aura présenté son oeuvre, en ces termes :  « Il la lit attentivement, plisse le front, roule des yeux furibards en voyant la dédicace à Erik Satie, se lève et me hurle exactement ceci :  »Votre oeuvre est infecte, inapte, c’est une “couillonnerie” infâme. Vous vous foutez de moi, des quintes partout ; et cela est-ce cul cet Honoloulou ? Ah, je vois que vous marchez avec la bande de Strawinsky, Satie et compagnie, eh bien, bonsoir !  » et il m’a presque mis à la porte ; me voilà donc sur le carreau, ne sachant que faire, qui aller consulter »

Mais peu importe. L’oeuvre est malgré tout accueillie triomphalement et sera reprise le 15 janvier 1918 lors d’un concert qui réunira certains des compositeurs qui formeront plus tard le « Groupe des six ».

C’est sous l’impulsion de Jean Cocteau et d’Erik Satie que sera créé le « Groupe des six » en 1916, dont Francis Poulenc fera partie et qui se voudra une réaction contre le romantisme et le wagnérisme et, dans une certaine mesure, l’impressionnisme. On constate déjà la réaction d’un mouvement à l’égard de dogmes préétablis. Une réaction qui définira la culture surréaliste, rejetant, au sortir de la première guerre mondiale, des idéaux dont les fondements étaient visiblement source d’un échec social.

Francis Poulenc, mauvais élève du classique, nouveau talent d’un surréalisme naissant, qui « invente son propre folklore », comme l’a dit Maurice Ravel, aura composé près de 200 mélodies ou chansons, que Cocteau évoquera en rappelant le talent qu’avait Poulenc à mettre les textes en évidence : « (…)On se demande si le texte ainsi chanté n’est pas la seule forme possible de déclamation d’un poème. »

L’OPRL proposera, en trois concerts d’une heure,  l’intégrale de la musique de chambre pour vents de Francis Poulenc et des pièces de ses amis du « Groupe des Six ». De quoi juger par vous-même de l’influence de l’essor surréaliste de l’entre-deux-guerres sur l’oeuvre du compositeur.

Toutes les infos en cliquant sur le lien suivant : http://www.oprl.be/news-article.html?tx_ttnews%5BbackPid%5D=18&tx_ttnews%5Btt_news%5D=1518&cHash=f4ae089437

Programme du festival :

LES CONCERTS

Samedi 14 décembre 2013 – 16h

POULENC, Sonate pour flûte et piano
TAILLEFERRE, Allegretto pour hautbois, clarinette, basson et piano
AURIC, Trio pour hautbois, clarinette et basson
HONEGGER, Rapsodie pour flûte, hautbois, clarinette et piano
POULENCUn joueur de flûte berce les ruines
POULENC, Sextuor pour quintette à vents et piano

Dimanche 15 décembre – 15h

POULENC, Sonate pour hautbois et piano
POULENC, Sonate pour clarinette et basson
POULENC, Élégie pour cor et piano
POULENC, Villanelle pour piccolo et piano
DUREY, Les soirées de Valfère pour quintette à vents

Dimanche 15 décembre – 17h

POULENC, Sonate pour clarinette et piano
MILHAUD, Sonatine pour hautbois et piano
POULENC, Sonate pour deux clarinettes
POULENC, Trio pour hautbois, basson et piano

 

 

LES INTERPRÈTES

Lieve Goossens, flûte
Piet Van Bockstal, hautbois
Nele Delafonteyne, clarinette
Pierre Xhonneux, clarinette
Bert Helsen, basson
Eliz Erkalp, cor
Yutaka Oya, piano

 

 

CREDITS ARTICLE / Auteur : Julien Hockers /Graphisme : Jeff Bertemes

 

Like this Article? Share it!

About The Author

Leave A Response